Filière PANTHERA - Description du programme

Aujourd'hui, plus qu'un projet sur l'étude et la protection de la panthère des neiges, le programme de Recherche et d’Éducation PANTHERA de (...) Voir descriptif détaillé

Filière PANTHERA - Description du programme

Aujourd'hui, plus qu'un projet sur l'étude et la protection de la panthère des neiges, le programme de Recherche et d’Éducation PANTHERA de (...) Voir descriptif détaillé














Le Programme PANTHERA, c’est quoi ?

Le Programme de Recherche et d’Éducation PANTHERA est l’un des projets de l’ONG Objectif Sciences International (OSI), ONG qui promeut l’éducation aux sciences et à la recherche en faveur du développement durable. L’ONG OSI crée et organise des séjours de Recherche participative pour des volontaires, autrement appelés participants, qui seront sensibilisés et formés sur le terrain, afin de contribuer à un projet de recherche scientifique réelle.

Dans le cadre du programme PANTHERA, le projet de recherche scientifique a pour buts principaux l’étude et la protection de la panthère des neiges, félin Félin
Félidés
Les Félins ou Félidés, Felidae, sont une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins (Pantherinae) des petits félins (Felinae). Parmi leurs traits caractéristiques figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles, exception faite du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose pas sur le sol).
en grand danger d’extinction en Asie centrale. Le travail de terrain a lieu au Kirghizstan, où des participants volontaires viennent soutenir les actions locales pour la sauvegarde de ce félin Félin
Félidés
Les Félins ou Félidés, Felidae, sont une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins (Pantherinae) des petits félins (Felinae). Parmi leurs traits caractéristiques figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles, exception faite du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose pas sur le sol).
méconnu. Outre les données de terrain récoltées puis analysées, nos objectifs s’articulent autour de la prise de conscience par les populations locales et occidentales de l’importance de la survie de la panthère et de son habitat. Et plus qu’une expédition scientifique, PANTHERA c’est aussi une aventure humaine que nous vivons, grâce aux échanges culturels et traditionnels entre kirghizes et européens !

Historique

Tout commence en 2006, alors qu’une petite équipe franco-russe effectue ses premières prospections au Kirghizstan. Au cours de cette première expédition PANTHERA, une carcasse de panthère est retrouvée... C’est ainsi qu’un échantillon génétique est ramené et donné au Muséum National d’Histoires Naturelles (MNHN) de Paris afin de compléter leurs données phylogéniques. L’aventure de PANTHERA en est alors à ses prémices…
L’année suivante, en 2007, la première expédition dans la réserve naturelle de Sarychat-Ertash au Kirghizstan a lieu durant l’été avec une équipe de 5 participants français et suisses. Une collaboration nait alors entre PANTHERA et la réserve, afin d’étudier la population de panthères des neiges, mais aussi de ses proies : les mouflons et bouquetins. L’expédition est ainsi renouvelée depuis lors, chaque année avec les gardes de la réserve !

En 2008, durant un mois, c’est un groupe d’une quinzaine de personnes qui arpentera la réserve. Puis, en 2009, pour la troisième expédition dans la réserve, l’équipe se compose entre autre d’un cameraman, Eric, et d’un photographe professionnel, Julien. En plus de vivre cette aventure à nos côtés, leur objectif est de créer un film retraçant le projet (voir l’article correspondant), ainsi qu’une exposition didactique sur l’expédition et la panthère des neiges (voir l’article correspondant), afin de sensibiliser le public européen aux enjeux de la protection de ce félin emblématique et de son milieu de vie. Ce fut également l’année de notre toute première photographie de panthère des neiges sur l’un de nos pièges-photographiques ! (voir l’article correspondant)

En 2010, l’expédition est renouvelée, toujours pendant un mois. Rouslan, notre jeune stagiaire, y passera un mois supplémentaire afin de travailler au projet de rénovation de la maisonnette d’Eshegart avec les gardes. Torchis, fenêtres, plancher, etc…, après quelques efforts, la maisonnette a récupéré un peu de sa jeunesse (voir l’article correspondant).

C’est ensuite en 2011 que la durée des expéditions est raccourcie à trois semaines, et que nous commençons à emmener plusieurs groupes de volontaires sur un même été. Deux expéditions partent cet été là. Puis, dans l’objectif de s’investir encore davantage, en 2012 ce sont trois expéditions qui se rendent dans la réserve. En juin 2012, la toute première observation d’un sanglier dans la réserve est faite à la longue-vue avec les gardes Ulan et Akyl. Après avoir cru quelques minutes qu’il s’agissait d’un ours, une franche rigolade nous a occupé quelques instants lorsque nous avons compris… ! (Le sanglier est une espèce qui n’avait alors jusque là pas été observée dans la réserve.)

Jusqu’alors, les expéditions avaient lieu le plus souvent autour d’un campement central. Afin de participer à l’étude de la panthère des neiges sur une plus grande surface, en 2013 une expédition supplémentaire est organisée, en itinérance totale à travers la réserve. Cette première itinérance fut un succès car de très nombreux indices de présence de panthères des neiges ont pu être relevés. Cette même année, en fin d’été, les résultats du projet furent présentés à Karakol au Kirghizstan, avec la projection en russe du film de 2009 intitulé « Za PANTHERA, Carnet d’Expé ». Le DVD du film a en effet été créé en russe, anglais et français.

En 2014 et 2015, quatre expéditions, puis trois, ont lieu dans la réserve. Dès 2014, une importance toute particulière est donnée à l’implication de jeunes adolescents kirghizes dans le projet ! Une expédition de 10 jours est alors créée pour 8 enfants de l’orphelinat de Karakol, dans le but de les sensibiliser à la protection de leur environnement. Cette expédition, totalement gratuite pour les jeunes, est financée grâce aux dons des volontaires européens venus sur les précédentes expéditions, et grâce à la participation bénévole des encadrants français et gardes kirghizes. C’est une belle réussite qui a donc été renouvelée en 2015 avec 7 autres enfants !
Autre fait remarquable de cette année 2014, l’un des groupes de volontaires, à qui la Nature a bien voulu faire confiance, a eu l’immense honneur, sur un transect, d’une rencontre fortuite avec deux bébés panthères âgés de deux ou trois mois. Beaucoup d’émotions partagées avec Omorbek, Joky, Ulan et Elmir, les quatre gardes présents avec le groupe de participants !
Cette même année, en juin, un chacal doré a été entendu pour la toute première fois... Puis c’est la présence d’un lynx qui a pu être confirmée suite à des photos et vidéos prises sur piège-photographique en 2014 et 2015.
Quelques espèces de mammifères non encore répertoriées dans la réserve ont ainsi pu être découvertes lors de nos expéditions.
Enfin, les analyses génétiques des fèces ont donné leurs premiers résultats… une vingtaine de panthères (minimum) vivent dans la réserve naturelle de Sarychat-Ertash… !

Objectifs de l’expédition au Kirghizstan

Pour visualiser les différents objectifs scientifiques, solidaires et culturels du programme PANTHERA, veuillez cliquer sur l’image ci-dessous.

Concrètement sur le terrain

Chaque jour, nous définissons avec les gardes un nouveau « transect » (Ligne virtuelle que l’on suit pour étudier un phénomène où l’on comptera les occurrences), sur lequel nous comptons les indices de présence de la faune sauvage (grattages, empreintes, fèces, etc...), et nous observons la faune lorsque celle-ci est présente. Nous disposons également de matériel tels que les appareils photographiques à déclenchement automatique (ou pièges-photos), qui nous permettent, après placement dans un endroit stratégique de passage ou de nourrissage des animaux, de prendre des clichés des individus et ainsi de pouvoir les identifier par la suite, ceci facilitant l’observation d’animaux que l’on voit rarement de jour. Des affûts au lever du soleil ou à la tombée de la nuit nous permettent également d’observer la faune sauvage dans son milieu naturel.

Dans le cadre de la collaboration avec la réserve, plusieurs axes ont été déterminés :

- Relevé d’indices de présences de la panthère des neiges (grattages, fèces, empreintes, etc...) et élaboration d’une cartographie de ces indices (permettra de repousser les frontières de la réserve ?)

- Installation de pièges-photographiques pour l’étude du comportement animal (la panthère, ses proies, ses concurrents), et le suivi de l’évolution de la population (identification des individus grâce aux pièges-photos et aux analyses génétiques des fèces)

- Étude du biotope de la panthère (autres animaux, végétaux, aspects géologiques, climatiques...)

La protection active consistant à la fois à protéger les informations relatives à la position des individus et à décourager et empêcher les chasseurs d’atteindre les bêtes. Une valorisation économique de la protection des panthères permettra également de sensibiliser les habitants locaux à la cause des animaux et de leur écosystème.

Dans l’avenir, d’autres projets scientifiques pourraient éventuellement voir le jour pour augmenter l’efficacité de nos recherches (ex : colliers émetteurs GPS).

Stages universitaires

  • Bibliographie Suivi Animal, Éthologie, et Gestion des Écosystèmes :
    • Lecture des Fiches déjà publiées sur le site OSI PANTHERA
    • Mise à jour des Fiches qu’il faudrait compléter
    • Rédaction de Fiches supplémentaires, et publication de ses Fiches (signées par le stagiaire)
  • Mise à jour des protocoles
    • Mise à jour ou publication des articles sur le site OSI PANTHERA à ce sujet
  • Dépouillage et Exploitation des données
  • Publication des Résultats

et si l’étudiant s’inscrit sur une Expédition PANTHERA :

- Relevé d’indices de présences de la panthère des neiges (grattages, fèces, empreintes, etc...) et élaboration d’une cartographie de ces indices (permettra de repousser les frontières de la réserve ?)

- Installation de pièges-photographiques pour l’étude du comportement animal (la panthère, ses proies, ses concurrents), et le suivi de l’évolution de la population (identification des individus grâce aux pièges-photos et aux analyses génétiques des fèces)

- Étude du biotope de la panthère (autres animaux, végétaux, aspects géologiques, climatiques...)

- Transport des échantillons génétiques (crottes, poils...)

Quelques chiffres :

Depuis 2007, début de la collaboration avec la réserve naturelle de Sarychat-Ertash,

- 117 européens sont venus partager cette aventure commune !

- 166 échantillons de fèces de panthères des neiges ont été récoltés !

- 244 photos de panthères des neiges, ainsi qu’une trentaine de vidéos, ont été enregistrées par nos pièges-photographiques !

Qui est cette fameuse panthère des neiges ?

La Panthère des neiges ou once, de son nom latin Panthera uncia ou Uncia uncia selon les classifications, se distingue des autres espèces de léopard par sa robe gris pâle, tachetée de marques noires sur la tête, la nuque et le bas des pattes. Le dos et les flancs sont mouchetés et le poitrail couvert d’une fourrure blanche et soyeuse. Quand elle bondit, sa longue queue lui sert de balancier pour garder l’équilibre. L’once vit dans les montagnes rocailleuses d’Asie centrale (Russie, Kazakhstan, Kirghizstan, Bhoutan,...), son aire de répartition s’étendant sur 12 pays, sur les pourtours des frontières nord et sud-ouest de la Chine (Hindou Kouch, Altaï et Himalaya).

L’inaccessibilité de son habitat naturel, sa faible densité de population et son caractère très farouche expliquent notre faible connaissance du mode de vie de ce félin à l’état sauvage. Autre particularité, elle ronronne comme les petits félins alors qu’elle a les pupilles rondes comme les grands félins. Située un peu à part sur la classification théorique elle fait pourtant bien partie des grands félidés.

Nous détenons beaucoup moins d’informations sur la panthère des neiges que sur les autres léopards. Cette espèce a su s’adapter aux montagnes de Mongolie, du Kirghizstan et du Pakistan, où un froid intense et des vents violents règnent en maîtres sur des pics vertigineux. Pour supporter des conditions climatiques extrêmes, ses poils sont plus longs et plus épais que ceux des léopards des contrées chaudes. Sa longue queue touffue, qui peut mesurer un mètre de long, lui sert « d’écharpe » lorsqu’elle se met en boule pour se protéger des tempêtes. L’once change d’altitude selon les saisons : en été, elle se déplace sur les hautes crêtes rocheuses, jusqu’à 6’000 mètres d’altitude ; en hiver, elle maraude à plus basse altitude, au pied des montagnes, en suivant les migrations de ses proies, évitant ainsi les rigueurs du climat.

L’once est particulièrement agile et puissante. Elle chasse des proies très diversifiées, du bouquetin à la marmotte et à l’oiseau. Elle a la même technique de chasse que le léopard : l’affût. Lorsqu’elle a choisi sa proie, elle s’approche de l’animal en rampant. Son agilité exceptionnelle lui permet aussi d’attaquer une proie du haut d’un promontoire rocheux, en fondant littéralement sur un animal, parfois situé à plus de 15 mètres d’elle. Elle peut rouler avec lui sur plusieurs mètres sans pour autant lâcher sa prise. Ses proies préférées sont le bharal, l’argali (mouflon), l’ibex (bouquetin), le daim musqué, mais elle dévore à peu près tout ce qui lui tombe sous les pattes. Quand elle parvient à capturer des proies plus grosses qu’elle, la panthère des neiges s’en repaît pendant plusieurs jours, en montant férocement la garde auprès de son butin.

Son avenir est aujourd’hui très incertain tant sa population a baissé. La création d’un parc dans la République de Gorno Altaï en ex-URSS permettra peut-être d’en protéger une partie. Le tourisme d’observation se développant, il se peut que la chasse baisse éventuellement, mais comme pour bien des grands animaux leur simple observation peut poser des problèmes et réduire, par exemple, leur taux de fécondité. En résumé, la situation est préoccupante. Seules des mesures de protection draconiennes de leurs habitats naturels actuellement entamés sans retenue, accompagnées éventuellement de programmes de réintroduction pourrait les sauver de la disparition totale.

Le retour de la neige en automne aide l’observation des panthères pour deux raisons :

- Elle redescend vers une altitude plus facilement accessible, bien que son territoire augmente sensiblement avec l’espace à sa disposition ;

- Les traces de son passage se voient d’assez loin sur la neige.

Mais l’expédition se déroule également en été afin d’avoir des conditions climatiques plus acceptables pour certains participants.

Équipe en place et Moyens

- Équipes temporaires :

Des groupes de 10 personnes au maximum, comprenant au moins deux éducateurs scientifiques, peuvent être accueillis sur place pour des durées de 12 à 45 jours pour mener des recherches qui leur seront propres (en fonction du projet d’Objectif Sciences International) et intégrer les recherches menées par les scientifiques locaux.

Les journalistes, observateurs extérieurs, décideurs, peuvent également être accueillis.

- Équipe permanente :

Une première personne permanente est arrivée sur le Programme PANTHERA depuis Mai 2010, en tant que responsable du programme.

- Accueil des membres de la Communauté Scientifique :

Tout scientifique porteur d’une reconnaissance de sa qualité (contrat universitaire, lettre émise par le WWF,...) peut s’il le souhaite, travailler en partenariat avec l’ONG Objectif Sciences International sur le Kirghizstan, afin de mener à bien ses recherches et de profiter de la connaissance du terrain et des contacts locaux de l’ONG.

Partenaires

Les partenaires actuels de l’association dans le cadre du Programme PANTHERA sont :

  • La Réserve Naturelle de Sarychat-Ertash, au Kirghizstan :

Créée en 1995, la réserve naturelle intégrale de Sarychat-Ertash œuvre depuis maintenant plus de 20 ans à la protection de la faune sauvage et des écosystèmes qui la composent. Outre la panthère des neiges, ce sont les grands mammifères tels que ours, loup, lynx, mouflons et bouquetins qui occupent ses 150 000 Ha.

Plus de détails sur le tout nouveau site internet de la réserve : http://www.sarychat.kg/

  • La Réserve Naturelle de Naryn, au Kirghizstan :

Créée en 1983 pour préserver les forêts de sapin et les écosystèmes des Tien Shan intérieurs, elle couvre environ 1 000 km2 (soit 100 000 ha). Le cerf maral du Tien Shan (Cervus canadensis songaricus) y est un résident habituel.

  • Natural Resources DNA Profiling and Forensic Centre (Ontario) - Laboratoire canadien :

Chercheurs et doctorants de ce laboratoire en recherche génétique nous permettent chaque année d’analyser nos échantillons biologiques (fèces, poils) de panthères des neiges afin d’en savoir d’avantage sur l’évolution de la population de ce félin en danger d’extinction, ceci grâce au partenariat mis en place entre nos deux organismes.

Voici le lien vers leur site internet : http://web.nrdpfc.ca/

  • Fioravanti Production

Réalisateurs, photographes et scientifiques sont les créateurs et acteurs de l’équipe de l’association Fioravanti Production. Ce qu’ils recherchent c’est le partage et la sensibilisation des plus jeunes comme des plus âgés aux sujets sensibles tels que la protection des milieux et des espèces.

"Ce que nous voulons, c’est partager notre vision optimiste et être les témoins de l’harmonie fragile du monde et de la place de l’Homme dans cet équilibre. Nous travaillons sur des sujets que nous maîtrisons et affectionnons particulièrement, ce qui nous permet d’en révéler les facettes les plus intimes...
...et de faire ce que nous aimons !"
Ils réalisent ainsi des films et photographies documentaires, et proposent des expositions pédagogiques.

C’est dans ce cadre qu’est née notre collaboration.
Éric CHATEAUMINOIS et Julien PALAYODAN ont participé à l’expédition PANTHERA 2009, leur permettant ainsi de mettre sur pieds une exposition itinérante « Sur les traces de la panthère des neiges » ainsi qu’un film documentaire intitulé « Za Panthera - carnet d’expé » , dont vous pouvez voir quelques images sur ce lien : http://www.prog-panthera.com/Sortie...

Voici le lien vers leur site internet : http://www.fioravanti-production.org/

  • Piège Photographique.fr

Née d’un naturaliste passionné, Frédéric SALGUES, cette entreprise française propose la vente de matériel de piégeage photographique et vidéographique à toute personne, association, collectivité désireuse d’acquérir du matériel de haute qualité en vue de répondre à des besoins tels que la surveillance d’espèces animales réputées difficiles à photographier, ou la surveillance d’espèces sur des points donnés comme par exemple les sites de nourrissage, ou encore le dénombrement d’animaux présents sur un secteur géographique à la fois en nombre d’espèces et en nombre d’individus.

Au printemps 2010, Frédéric SALGUES nous a permis de mettre en place un partenariat de prêt de matériel entre son entreprise et notre association, nous permettant ainsi de travailler avec 2 pièges-photographiques supplémentaires sur le terrain au Kirghizstan.

Depuis, nous nous fournissons chez Frédéric SALGUES grâce à un budget alloué aux pièges-photographiques. Nous avons ainsi un stock de pièges-photographiques qui s’alimente d’années en années sur les 2 réserves prospectées.
Nous sommes très satisfait du matériel et du SAV fourni par l’entreprise.

Voici son site internet : http://www.piegephotographique.fr/b...

  • Snow Leopard Preservation Project

Nous sommes un groupe de quatre étudiants de Biologie de l’Université de Poitiers et pour notre projet de fin d’étude, nous avons décidé de nous impliquer dans la préservation de la Panthère des neiges (Panthera Uncia) au Kirghizstan et au Kazakhstan. Cet animal est en voie de disparition depuis les années 80. Grâce à notre superviseur, le professeur Thierry Bergès, nous avons pu entrer en collaboration avec l’ONG Objectif Sciences International (OSI) à travers son Programme de recherche Participative PANTHERA et le Zoo Parc de Beauval qui ont accepté de donner de la visibilité à notre projet.

De manière rapide, ce projet est un sujet innovant, scientifique et surtout participant à la protection de l’environnement par la protection d’une espèce en voie de disparition.

Notre travail consiste à identifier, au moyen d’analyses génétiques, les individus de panthères des neiges vivant dans des réserves naturelles du Kirghizstan et du Kazakhstan. Les seuls échantillons biologiques permettant ces approches sont des fèces récoltées sur le terrain au cours de campagnes de prospections organisées depuis une dizaine d’années dans le cadre du programme OSI-Panthera piloté par l’ONG Objectif Sciences International. Notre groupe va extraire l’ADN présent dans ces fèces afin de recenser les individus de panthère des neiges vivant dans les réserves et d’étudier le pool génétique au sein de ces réserves.

Le but principal de notre projet est donc de mettre en place des protocoles pour pratiquer des études génétiques de panthères des neiges, fiables et à faible coût, afin de pouvoir proposer ces méthodes aux personnes impliquées dans des programmes de recherche visant à la protection de cet animal. Ce projet pourra être étendu à d’autres pays, notamment le Kazakhstan, où des scientifiques participant au suivi des populations de panthères des neiges, se sont montrés très intéressés par la possibilité de pratiquer ce type d’études. Pour mettre en place ces protocoles, le Zoo Parc de Beauval nous a fourni des échantillons de sang, nous permettant de travailler avec de l’ADN de très bonne qualité, pour passer ensuite à l’analyse de l’ADN via les fèces.

Comme ces expérimentations sont coûteuses, nous avons mis en place une collecte de fond par Crowdfunding. Malheureusement, la difficulté majeure d’un tel projet est la communication. En effet, pour que celui-ci ait de l’impact auprès des gens, pour que la population entende parler de notre collecte de fond, nous nous devons d’atteindre un maximum de personnes.

L’équipe Snow LeopardPreservation Project

PS : Vous pouvez retrouver plus d’informations sur notre projet à ces adresses :
Site : http://preservationproject.wixsite....
Facebook :https://www.facebook.com/SnowLeopar...

Campagne de récolte de fonds : https://fr.ulule.com/snow-leopard-p... qui s’est achevée avec succès (915 € récoltés) le 27 janvier 2017 !
Si vous souhaitez continuer à nous soutenir nous vous invitons à le faire à partir du formulaire suivant http://pantheraction.over-blog.com/..., ceci donne droit à une déduction fiscale.

Enfin, vous pouvez visionner, ici, la conférence que nous avons donné le 20 janvier 2017 à Poitiers « La génétique au secours de la panthère des neiges ».

Petit hommage à la réserve naturelle de Sarychat-Ertash :

En 2015, la réserve fête ses 20 ans ! En fin d’année, un petit évènement est organisé afin de marquer cet anniversaire.
A l’approche de l’été 2016 et donc de notre 10e saison de collaboration fructueuse avec la réserve, c’est l’occasion pour nous d’offrir aux gardes et autres acteurs de la réserve un petit souvenir...

Poster en français

Poster en kirghize

















Le mot de la responsable du Programme PANTHERA pour l’occasion :
En 2009, j’ai eu l’honneur de participer au projet pour la première fois… Quelle magnifique expédition ! Que d’émotions dans ce décor grandiose, où l’aventure humaine est également de taille ! Grâce à Ulan, Toktobek, Akyl et Alexander, le partage fut au rendez-vous quotidiennement. C’était la première année d’une longue série d’expéditions pour moi… et d’une belle histoire « d’amour » avec la réserve et ses Monts célestes !
Ulan et sa guitare, Joky et sa gentillesse, Toktobek et sa bienveillance, Askat et son efficacité, Risbek et sa droitesse, Omorbek et son expérience, Barktabas et son humour, Bolot et son rythme effréné sur la piste de danse, Akyl et son sens de la négociation… C’est grâce à chacun de vous, et au partage de ces quelques moments de complicité, chers amis kirghizes, que j’ai eu envie de faire avancer ce projet !
La relève est déjà assurée avec Urmat et sa force tranquille, Mishka et sa joie de vivre, Elmir et ses blagues, Temirbek et sa discrétion, et tous les autres gardes que je ne connais pas encore…
Merci à tous pour ce en quoi vous croyez, et merci d’œuvrer à rendre notre monde meilleur !
Merci aussi à Alexander pour le partage de ses connaissances et l’aide qu’il m’a apportée au début du projet.
Et enfin, un grand merci à Muktar et Asken pour leur inconditionnel soutien administratif et logistique, ainsi qu’à Zholdosh pour sa disponibilité via internet !
Au nom de tous les participants et encadrants des expéditions PANTHERA, je vous remercie !
Bel anniversaire à la Réserve naturelle de Sarychat-Ertash !

Photos / Vidéos

Nos partenaires

Voir également