Envoyer à un ami

Expédition 2019 : Journal de bord des vallées de Shamshy et Chong (...)Niveau 4

C'est une première ! Cette année nous prospecterons la vallée de Shamshy qui a récemment obtenu un statut de protection grâce au SLT et à leur (...) Voir descriptif détaillé

Expédition 2019 : Journal de bord des vallées de Shamshy et Chong (...)Niveau 4

C'est une première ! Cette année nous prospecterons la vallée de Shamshy qui a récemment obtenu un statut de protection grâce au SLT et à leur (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Pre-camp mai 2019

Comme chaque année l’équipe OSI-Panthera se réunit avec tous leurs collègues d’OSI afin de préparer au mieux la saison. Le Pré-camp OSI c’est un temps de préparations logistique, pédagogique et scientifique pour des expéditions chaque année un peu mieux que les précédentes ! C’est l’occasion de trier le matériel neuf, de se le répartir, etc. C’est aussi un temps de partage d’expérience entre tous les éducateurs scientifiques d’OSI qui travaillent sur des thématiques et dans des lieux extrêmement variés.
Cette année pour les expéditions Panthera au Kirghizstan nous avons acheté 20 nouveaux pièges photographiques à répartir entre la réserve de Naryn et celle de Sarychat-Ertash afin d’affiner l’étude en place depuis plusieurs années. Merci à Piegephotographique.fr .

Réception de la commande ! (piegephotographique.fr) {JPEG}Comment rentrer tout ça dans nos 2 bagages ?! {JPEG}Equipe Panthera Kirghizie + Népal ! {JPEG}

Expédition du 8 au 26 septembre 2019

Dimanche 8 Septembre

Ce matin, de très bonne heure, Aurélie, Sébastien, Thierry et Jean-Philippe ont retrouvé Anne-Lise à l’aéroport de Manas, à Bishkek. Tout le monde a bien voyagé.
Après une petite matinée de sieste notre équipe est partie à la découverte de Bishkek, de ses parcs et surtout à l’affût du moindre oiseau !
Ils sont ensuite allé acheter quelques fruits secs sur les stands du marché de Osh bazar afin de « picorer » pendant l’expédition .
Une belle première journée à la découverte du Kirghizstan qui se terminera par un restaurant traditionnel afin de s’initier à la nourriture kirghize.
Thierry, Jean-Philippe, Sébastien et Aurélie à la découverte de Bishkek ! {JPEG}

Lundi 9 Septembre

Il pleut aujourd’hui tandis que les panthéristes rejoignent leur lieu de prospection : Shamshy. Une fois arrivé, ils rencontrent Marat, Emil et leur fils Azat. Cette nuit ils dormiront dans une cabane très confortable. Dehors la pluie s’est transformée en neige. Le petit groupe entame tout de même une balade dans les environs. Le brouillard est au rendez-vous tout comme les observations ornithologiques.

Mardi 10 Septembre

Dix centimètres de neige accueillent le petit groupe ce matin, et il neige encore ! La journée est consacrée aux observations ornithologiques avec notamment des observations de rapaces et passereaux : 2 gypaètes barbus dont un adulte et un immature, 3 juvéniles d’arrengas siffleurs, un pouillot de Sophie et un faucon hobereau. Ils observeront également 4 ibex femelles et 2 juvéniles.

Mercredi 11 Septembre

Malgré le soleil qui illumine la neige, il fait froid aujourd’hui. Observation matinale d’un gypaète barbu adulte, de 2 aigles royaux et de 5 vautours de l’Himalaya.
Deux groupes de prospections se sont formés pour la journée. Le premier est monté en crête pour poser un piège photographique. En chemin, le groupe a pu observer des perdrix, 10 ibex femelles et 4 juvéniles ainsi que de nombreuses déjections de sangliers. Le second groupe a prospecté le vallon et a repéré de nombreux passereaux, un aigle royal en train de déguster un cheval mort ainsi que deux gypaètes barbus, un adulte et un immature.

Jeudi 12 Septembre

La journée commence bien avec l’observation de 15 bondrées orientales en pleine migration, d’un vautour moine et d’un aigle botté. Les panthéristes déplacent aujourd’hui le camp vers un étang situé à 3000m d’altitude. Ils observent notamment un pika, 14 ibex mâles et un chevalier cul blanc. Le temps est toujours froid et ensoleillé. La motivation est au beau fixe !

Vendredi 13 Septembre

L’affut matinal a permis d’observer 3 ibex mâles et deux gypaètes barbus ! Le groupe c’est ensuite séparé en deux pour la journée. Le premier s’est engagé sur la moraine et a observé une hermine, six bondrées orientales, un autour des palombes. Il a également relevé un piège photographique posé par le Snow Leopard Trust (SLT pour les intimes) et en a posé un nouveau. Le second groupe est parti en crête et a pu observer un vautour de l’Himalaya immature, un grattage de panthère des neiges un peu ancien et un tétraogalle de l’Himalaya. Ils ont également posé un piège photographique.

Samedi 14 Septembre

Observation d’une hermine, d’un ibex femelle avec un juvénile. Le groupe a également posé un piège photographique près d’un lieu d’urination de panthère. Le camp a également été déplacé après la moraine, vers 3400m d’altitude. Sur le lieu de camp, observation de tétraogalles de l’Himalaya et d’ibex mâles, femelles et juvéniles.

Dimanche 15 Septembre

Nouvelles observations de tétraogalles de l’Himalaya, d’ibex mâles, femelles et juvéniles. Six douilles ont été retrouvées sur la crête ainsi que des empreintes de pattes de loups très fraiches et des fèces soit de loup soit de panthère des neiges très fraiches également.

FAQ

Posez une question

Bonjour, je voulais savoir, étant extrêmement intéressé par l’expédition, si la situation diplomatique tendue et instable du Kirghizistan pouvait poser un problème pour le déroulé de l’expédition ? Au niveau sécurité ? Comment est ce que vous gérez ça ? Merci d’avance pour votre réponse 😉

Bonjour
La Kirghizie est une jeune république mais elle fait partie des pays les plus stables d’Asie centrale. Nous y organisons des expéditions en sciences participatives chaque été depuis 2006 et nous n’avons jamais rencontré le moindre soucis pour nos participants, ni même pour nos encadrants qui passent une grande partie de l’année sur place.
Les zones d’études se trouvent en montagne dans des zones reculées (notre équipe prend toutes les précautions nécessaires pour la sécurité physique et morale de nos participants) et nous passons quelques jours dans des villages et à la capitale en début et fin d’expédition. Le plus gros risque encouru par nos participants serait un excès d’hospitalité de la part de nos hôtes car c’est un aspect non négligeable de leur culture !
N’hésitez pas à nous contacter par téléphone pour aborder ces sujets de vive voix :)

Répondre à ce message


Posez une question

Nos partenaires

Voir également