Expédition 2017 : Journal de bord de la région des PAMIRS ALAINiveau 4

Édition 2017 - 1re équipe officielle de Panthéristes dans la région des Pamirs Alai et ce en collaboration avec l'organisation Panthera (homonyme (...) Voir descriptif détaillé

Expédition 2017 : Journal de bord de la région des PAMIRS ALAINiveau 4

Édition 2017 - 1re équipe officielle de Panthéristes dans la région des Pamirs Alai et ce en collaboration avec l'organisation Panthera (homonyme (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Pré-camp

Du 24 au 28 mai s’est tenu le Pré-camp OSI.
C’était l’occasion pour l’équipe PANTHERA de se réunir et de continuer à faire progresser le projet via divers sujets : analyse des données, améliorations des protocoles, amélioration du projet pédagogique, etc.
Le noyau de l’équipe a donc planché sur ces sujets, appuyé de plusieurs anciens panthéristes qui ont choisi de s’impliquer à leur tour dans le projet PANTHERA mais aussi dans l’ONG OSI.
Merci et Za Panthera !

Team OSI-PANTHERA 2017

Pour cette année 2017 une 1re équipe de Panthéristes part dans la région des Pamirs Alai et ce en collaboration avec l’organisation Panthera (homonyme américain). Nous allons leur apporter notre aide et nos connaissances sur le terrain en installant une trentaine de piège-photographiques leur appartenant et comme à notre habitude notre réaliserons en parallèle un inventaire de la faune locale.

Expédition dans les Pamirs Alaï du 19 juin au 04 juillet 2017

Lundi 19 juin

Tout le monde est bien arrivé à Bishkek avec l’intégralité des bagages !
En fin de matinée nos participants ont rencontrés Rahim et Shirin les 2 jeunes kirghizes travaillant pour Panthera (US) qui les accompagneront et qui seront leurs interprètes.
Pierre a fait une petite vidéo que vous pouvez retrouver sur la page Facebook OSI PANTHERA. https://www.facebook.com/search/top...

L’équipe prête à partir !

Après un petit contre temps pour se procurer un second véhicule et ainsi gagner en confort sur les longs trajets des deux jours à venir nos amis sont partis pour 6 heures de route de la capitale kirghize - Bishkek - jusqu’à la ville de Toktogul.
Il ont franchis le col de Too ashu (« dos de chameau » en kirghize) où se trouve un tunnel situé à plus de 3000 m d’altitude. Tout se trajet s’est fait sur une route assez difficile car en mauvais état et très sinueuse.
En début de soirée ils sont arrivés à la ville de Toktogul où ils logeront dans une petite guesthouse typique.

Guesthouse et nuit en yourte à Toktogul

Arthur, Bernd, Axel et Shirin en forme malgré les longues heures de route.

Mardi 20 juin

Le groupe est parti de bonne heure ce matin afin de faire un maximum de trajet dans la fraicheur. Il faut savoir que dans le sud du pays il fait déjà très chaud au mois de juin.
Le groupe a mis environ 10 h pour atteindre la ville de Osh située à la frontière ouzbèque, à l’ouest du pays. Ils sont passés à proximité de la ville de Djalalabad anciennement située sur la route de la soie.
A Osh ils ont récupéré les permis d’accès pour la vallées de Min teke à prospecter, car celle-ci se trouve à la frontière tadjique.

La route a tout de même été ponctuée de quelques pauses, avant Osh ils ont pu observer de très nombreuses cigognes en train de nicher sur les pylones électriques.

Vers 21 h ils sont enfin arrivés au village de Jar-bashy, à la frontière tadjique, à l’extrême sud du pays. Ils se sont installés à la guesthouse et ont enfin pu se dégourdir un peu les jambes après 14 h de transport en fourgon !

Cette guesthouse sera le point de départ de l’expédition. Ils y repasseront en milieu de séjour quand ils changeront de vallée à prospecter.

Demain l’aventure commence mais il vont devoir traverser une grande plaine avant d’atteindre les montagnes !

Observation de falaises un peu après Toktogul

Rahim et Arthur

Mercredi 21 juin

Ce matin l’équipe s’est réveillée au village de Jar-bashy.
Ils ont commencé par préparer leur matériel personnel et scientifique et regrouper les provisions nécessaires pour 7 jours d’autonomie.
Ils ont décidé de partir en 4x4 jusqu’au bout de la vallée situé au sud de Jar-bashy, afin de gagner un peu de temps et de poser plusieurs pièges photographiques dans cette zone reculée.
Une fois sur place c’est à pied qu’ils atteindront les sites d’intérêt où positionner les pièges photographiques.
Le 4x4 rentrera ensuite à vide et les villageois, qui seront leurs guides locaux, leurs amèneront les chevaux nécessaire aux déplacement pour le reste de la semaine.

En milieu d’expédition ils repasseront par le village de Jar-bashy récupérer le reste de leurs provisions avant de partir dans la vallée au sud de Jar-bashy, nommée Min-Teke (« 1000 bouquetins » en kirghize).

L’aventure à donc réellement commencé ce matin et ils ne devraient pas être déçus par les paysages !

Dans la soirée, premier SMS reçu du téléphone satellite : l’équipe a comme prévu atteint le fond de la vallée où un premier piège-photo a été posé à 3 800 m d’altitude. La soirée se passera dans une yourte de berger, Pierre et Shirin ayant préparé un râgout de mouton kirghize : le Kurdak.

Jeudi 22 juin

Aujourd’hui notre équipe a été plutôt efficace puisque ils ont pu poser 5 pièges photographiques dans 3 vallées différentes au sud de Jar-Bashi. Des Vautours de l’Himalaya, des Gypaètes barbus, des Tétraogalles de l’Himalaya ont été observés ainsi que... des traces de panthère des neiges !!
Sur une des crêtes le groupe a pu admirer une vue splendide sur le Tadjikistan voisin.
La première impression de Pierre concernant cette nouvelle zone d’étude est que contrairement aux réserves intégrales de Sarychat-Ertash et de Naryn, cette zone est occupée par de nombreux bergers et troupeaux domestiques montant très haut en altitude.
Cela ne semble guère déranger la panthère qui a laissé ses traces sur les crêtes aujourd’hui.
Nous partageons l’excitation du groupe parti sur l’exploration d une zone encore jamais prospectée et où tout reste à découvrir concernant le léopard des neiges.
Ce soir ils redescendent dans le bas de la vallée afin de faire contrôler leurs permis frontaliers aux autorités.
La fatigue se fait sans doute ressentir après ces premières ascencions en crête et Pierre termine le SMS sur un : Tout va bien, tous dodo !

Vendredi 23 juin

Après avoir fait controler leurs permis, l’équipe est reparti dans les montagnes au sud de Jar-bashi ou ils ont atteint après 4 h de cheval un « jailoo », paturage d’été des bergers kirghizes qui d’après les mots de Pierre sont remplis de « chevaux, d’enfants et de rires »...
Les panthéristes y ont installé leur bivouac sous les étoiles à 3325 m d’altitude.
Il est prévu d’y passer deux nuits afin de positionner les pièges-photographiques dans les montagnes environnantes.
Tout le monde va bien.

Samedi 24 juin

Peu de nouvelles pour cette journée, l ’équipe s’est aventurée à cheval et a bivouaqué au fond de la vallée au sud de Jar-bashi mais à été gênée par des intempéries et n’a pas pu poser la totalité des pièges prévus.

Dimanche 25 juin

Retour au Jailoo pour l’équipe suite à quelques chutes de pluie et neige. Accueilli chaleureusement sous la yourte des bergers. Un poêle et un thé chaud, rien de tel pour affronter les rigueurs du climat montagnard !

Lundi 26 juin

Bonne nouvelle, le beau temps est revenu, c’est sous un grand soleil que se lève l’équipe. Au programme de la journée : la pose des derniers pièges-photographiques dans la zone au sud du village avant de basculer demain sur la zone Nord.
Tout va pour le mieux pour nos aventuriers.

Mardi 27 juin

Pierre nous envoie un SMS dans la soirée. Tout va bien, Il y a une super ambiance dans le goupe et ils ont fait de belles rencontres émouvantes. La zone prospectée est habitée par de nombreux bergers en yourte menant leur troupeaux jusqu’à plus de 4000 m d’altitude. Cela permet à l’équipe de faire de nombreuses rencontres, l’hospitalité légendaire des kirghizes se vérifiant à chaque détour de chemin.
Cependant si cette présence est très appréciable du point de vue des rencontres humaines l’équipe à du mal à trouver des indices de présence frais de panthère des neiges et de ses proies car celle-ci est potentiellement dérangée par le passage des troupeaux.
Les 11 pièges photographiques posés jusqu’à maintenant permettront d’en connaître un peu plus sur cet animal si discret.
Ce soir retour au village pour ensuite effectuer demain 3 jours à cheval dans la vallée de Tekelik ou on souhaite à l’équipe de faire de belles rencontres humaines, naturalistes et félines !

Mercredi 28 juin

Aujourd’hui grosse journée de cheval pour atteindre le fond de la vallée de Tekelik : 30 km en 8 heures. Vallée splendide disent-ils, nombreux névés et rivières avec encore des ponts de neige la traversant.
Le soir ils sont accueillis en yourte chez une famille de bergers. Tout va pour le mieux. Ils se préparent pour les prospections des jours à venir.

Jeudi 29 juin

Le Jaillo qui accueille nos panthéristes est situé à 3200m d’altitude. Le groupe s’est divisé en 2 pour cette journée afin de poser les pièges. Parmi les oiseaux observés ont trouve quelques Gypaètes barbus, Vautours de l’Himalaya, Rougequeue de Guldenstadt, Martin roselin, Pie-grièche, Huppe fasciée, Grand roselin tacheté et Roselin cramoisi. Un aigle royal juvénile s’étant sans doute envolé de l’aire il y a peu de temps a été également observé.
La loutre est d’après les dires des villageois présente dans la rivière Kashka-suu et l’équipe a cherché attentivement les épreintes (excréments de loutre) sur les rives de la rivière mais sans résultats.
Un excrément de panthère des neiges a été trouvé par un des deux groupes, un échantillon a été récolté pour être envoyé au laboratoire et réaliser l’analyse génétique.
Le groupe est parfois gêné dans sa progression par des plaques de neige encore bien présentes à cette altitude et à cette saison. Cet hiver ayant été particulièrement enneigé au Kyrgyzstan.

Vendredi 30 juin

Un appel de Pierre dans la soirée pour faire un point. Tout va bien, le moral des troupes est au beau fixe.
L’équipe est donc maintenant dans la seconde zone d’étude, celle-ci paraît plus intéressante concernant la panthère des neiges et ses proies puisque quelques bouquetins de Sibérie ont été observés dans les vallées ainsi que des excréments de panthère. La pose de pièges-photographique occupe une grosse partie de la journée.
Les déplacements à cheval de ces derniers jours ont été assez importants, demain ils gagnent une autre vallée isolée cette fois en 4X4. On leur souhaite de trouver de belles surprises pour ces derniers jours.
Nuit en yourte chez les bergers qui font encore une fois honneur aux traditions de l’hospitalité kirghize.

Samedi 01 juillet

Axel souhaite depuis le fin fond des montagnes kirghizes un très joyeux anniversaire à Sacha !!!

Cette journée aura été l’occasion d’explorer une nouvelle vallée « fabuleuse » disent-ils... Beaucoup de rencontres de bergers dans les pâturages d’été et la découverte d’une mine d’or exploitée par les chinois.
Pierre ne précise pas si cette mine d’or est légale et si elle est située dans la zone d’étude de Panthera mais l’exploitation des ressources minières kirghizes par son grand voisin est une réalitée malheureusement de plus en plus commune, souvent au détriment de l’environnement. Affaire à suivre...
Ils ont dans la journée observé plusieurs Gypaètes barbus, grands vautours mangeurs et casseurs d’os et posé plusieurs pièges photographiques à 3800m d’altitude.
Le soir ils ont bivouaqué en tente et on joué à un quizz sur la panthère des neiges en compagnie des villageois kirghizes.
Tout le monde va bien.

Mardi 04 juillet

L’équipe est de retour à Bishkek en ayant effecrtué le trajet retour d’une traite soit 1000km et 20h de minibus !
A Bishkek ils ont été interviewé par un journaliste du National Geographic et ont pu raconter à la presse leurs découvertes du bout du monde...
Cette expédion en sciences participative en partenariat avec Panthera US constitue une des premières prospections orientées sur le léopard des neiges dans la région des Pamirs alai.
Même si les indices de présence de panthère et de ses proies semblaient moins abondants que prévu, la pose d’un grand nombre de pièges photographiques va permettre de présicer l’étude et d’estimer la présence de panthères sur les zones prospectées.
La réussite de cette expédition d’un point de vue naturaliste et humain laisse envisager de belles opportunitées pour la continuité du projet en partenariat avec les villageois de Jar-bashi en 2018.

Merci à tous les participants pour leur implication !!!

Za Panthera !

Nos partenaires

Voir également